DANZARE IL CORPO

ANIMALE

Judith [ Le corps séparé ] / Howard Barker  

CRAVE (Manque) / Sarah Kane
 

 


 
 







DANZARE IL CORPO

Investigations

Une performance dansée par Franco Senica
sur les expériences vocales de Demetrio Stratos  

Création les 23 et 24 mai 2013 
dans le cadre de RIAD (Rencontres Impromptues des Arts d'Aujourd'hui)
Atelier-Culture - La Pisicine / Dunkerque

Un projet de Sophie Lagier et Franco Senica
Interprétation Franco Senica
Son Samuel Mazzotti
Lumière et régie générale Jean-Claude Fonkenel

Production ACETONE
Danzare il corpo / Investigations a benéficié de la mise à disposition de studio au Centre National de la Danse (Pantin).

D’origine grecque, né en Egypte, vivant en Italie, Demetrio Stratos (1945-1979) entreprend de libérer la voix de toute subordination castratrice, pour lui redonner son épaisseur perdue.  De ce capital culturel enfoui à la fois méditerranéen et oriental, il fait sonner des registres vocaux jusqu’à lui inexplorés, ou oubliés,  mêlant le rock progressif et alternatif à la poésie phonique et sonore.Avec le corps et l’oralité comme pivots,  ses chants – interventions sont des actions pour la voix.
A quelles actions pour le corps les confronter ?

 









ANIMALE  


Solo dansé de et avec Franco Senica
Collaboration artistique  Sophie Lagier
Création lumière  Jean Claude Fonkenel
Son  Samuel Mazzotti

ANIMALE est un projet d'actions chorégraphiques pour un performer, composé de plusieurs partitions, chacune dédiée à une animalité. Chaque partition est conçue comme un rite de déshabillage et de dépossession de l'identité, qui permet la transformation, et l'apparition de l'animal sur le corps du performer, jusqu'à la métamorphose finale. Le corps dansé traduit l'oscillation entre l'animal et l'humain. L'espace est défini par les caractéristiques dynamiques et par l'humeur du sujet apparu.

Production ACETONE
Avec le soutien du Théâtre de la Bastille - Paris
ANIMALE a bénéficié de la mise à disposition de studio au Centre National de la Danse - Pantin
En résidence de création au Théâtre de l'Oiseau-Mouche / Le Garage - Roubaix


Création le 8 juin 2011
au Théâtre de l'Oiseau-Mouche / Le Garage – Roubaix
Festival Latitudes Contemporaines

Reprise du 2 au 7 juillet 2012 
au Théâtre de l'Etoile du Nord - Paris
Festival On n'arrête pas le Théâtre

Diffusion
saisons 2012-2013 et 2013-2014
en tournée en France métropolitaine et en Italie.

Télécharger le dossier: ici









Judith [ Le corps séparé ] 

de Howard Barker 

   

   mise en scène Sophie Lagier
   traduction Jean-Michel Déprats
   avec Patrice Botella, Viviane Gay, Katarzyna Krotki
   lumière Julien Boizard
   son Samuel Mazzotti
   collaboration artistique Franco Senica

 
  production ACETONE
  en coproduction avec le Théâtre de la Bastille - Paris
  en coréalisation avec le Théâtre de l'Oiseau-Mouche / Le Garage - Roubaix
  en résidence à la Halle aux grains -Scène nationale de Blois




Judith est une héroïne de la Bible dans l'Ancien Testament : jeune veuve juive, dont la ville est assiégée par  l'armée assyrienne, elle se rend dans le camp ennemi, séduit le général Holopherne et lui tranche la tête pendant son sommeil avant de la porter sur les remparts, provoquant la déroute de l'armée adverse.
Judith me bouleverse parce qu'elle accomplit l'interdit. Barker s'empare du mythe biblique, le déplace et le renverse, pour en faire une pièce courte, dense et violente, où les personnages se débattent dans le chaos de leurs désirs, leurs extases, leurs vérités et leurs mensonges. C'est une tragédie, inéluctable, mais grinçante, drôle parfois, de cynisme et de cruauté.On est loin de la notion de Bien et de Mal présente dans la Bible. Judith, Holopherne et la Domestique sont hors de toutes les lois, y compris celles de la provocation. C'est le Théâtre de la Catastrophe, l'écriture du Désastre, qui sont à l'image de notre siècle.


 
Création du 28 au 30 Avril 2010:
Théâtre de l'Oiseau-Mouche / Le Garage - Roubaix

Diffusion saison 2010-2011 : 
La Halle aux grains - Scène nationale de Blois
Théâtre de l'Espace - Scène nationale de Besançon



  
 








CRAVE (Manque) 

de Sarah Kane

" Je n'ai pas la musique, Seigneur j'aimerais tellement avoir la musique mais tout ce que j'ai c'est les mots " 

  mise en scène Sophie Lagier
  assistanat à la mise en scène Pierre Godard

  avec Vincent Bouyé, Corinne Cicolari, Nathalie Kousnetzoff, Magdalena Mathieu, Christophe Sauger
  scénographie et lumière Xavier Hollebecq 
  costumes Sophie Hampe
  maquillages Sabine Fèvre

  Production ACETONE Coproduction La Rose des Vents-Scène  nationale Lille Métropole ; Arcadi 
  Co-réalisation Théâtre du Chaudron 
  Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National et la participation du collectif TRANS
  Avec le soutien de la DMDTS dans le cadre de l’aide au compagnonnage accordée à La Compagnie.
  Le spectacle a été répété au Théâtre de la Bastille du 11 février au 16 mars 2008.
  Avec le soutien du Nouveau Théâtre de Montreuil Centre Dramatique National.
  L'Arche est éditeur et agent théâtral du texte représenté - traduction Evelyne Pieiller    

Manque parle de la perte. Perte de soi, de l'identité, du sens.
En un lieu et un temps indéfinis, quatre personnes, deux hommes et deux femmes, désignés uniquement par des lettres: A, B, C et M. Quatre voix qui se répondent et qui livrent une parole brute saisie en discontinu. Plus une, qui chante, qui regarde, qui assiste à ...

Leurs corps se cherchent, s'entrechoquent, se mêlent et se repoussent. Leurs voix et leurs chairs résonnent. Ils livrent leurs espoirs, leurs amours, leurs impuissances, leurs blessures. Sans pudeur, sans "sous-texte", sans honte. Sans socialement correct. 
Ils disent le désir. Ils disent la mort. Ils disent. Implacablement. Transgressent tous les interdits.
Et sont en vie. Cruellement, mais follement en vie.

Loin du simple registre de la provocation ou du désespoir, il y a là une écriture radicale, exigeante, poétique, pour dire notre monde. Une vraie langue, urgente, résolument contemporaine, qui cherche et qui avance. Qui bouleverse les codes et les âmes. 

Amour, mort, enfance, folie. Où se situe la déchirure entre la réalité et l'imaginaire? Où commence le monde? Quoi être face à l'autre?


Création 
Théâtre de l'Oiseau-Mouche / Le Garage - Roubaix
Festival Labomatic théâtres / La Rose des Vents - Scène nationale Lille Métropole
du 27 au 29 mars 2008

Reprise
Théâtre du Chaudron – La Cartoucherie
du 8 au 24 avril 2008

Théâtre de la Bastille- Paris
FESTIVAL TRANS
du 15 au 28 juin 2009