Le corps traversé

J'aime les livres, j'aime les mots.
Je pars de textes qui me bouleversent.
Qui, obscurément et intimement me sont "frères", parce que leurs singularités à un endroit indicible rejoignent les miennes.
Qui me permettent de dire l’enfoui, le secret, la part d'ombre. 

J'aime les corps, par ce qu'ils portent de vie et de mort.
Ce qu'ils montrent de faillible, de blessé, de désirant et d'archaïque.

J'aime les corps bouleversés par l'action de la parole.
Les corps traversés.
Passeurs de mots. Matières de langues.

Le plateau est ce lieu clandestin où le bouleversement est possible.
Le lieu de la recherche et du questionnement.
Le lieu de la radicalité aussi.

Mon théâtre est un théâtre engagé, résistant. Un théâtre qui lutte.
Contre la standardisation, contre l’uniformisation.
Un théâtre qui interroge et questionne notre monde.
Un théâtre où le politique résonne.
Un théâtre qui dit l’homme dans ses singularités et ses contradictions.

Et toujours en cherchant d’autres codes. D’autres formes scéniques.
Travailler à la frontière du frottement avec les arts.
En inventer les possibles. Les expérimenter.

Pour que mots et corps résonnent et s’entrechoquent.

© 2013 ACETONE, mentions legales et crédits